Que faire en cas d’urgence médicale ?

Que faire en cas d’urgence médicale ?

Situation inattendue, l’urgence médicale paraît très souvent stressante à gérer. On se retrouve, parfois, désemparé sans savoir quoi faire tandis que la personne est déjà en état critique. Si elle est impossible à prévoir, il est tout à fait possible d’avoir de bons réflexes en connaissant en avance les informations essentielles. Suivez ces quelques conseils pour vous aider à vous préparer au maximum face à une telle situation.

Urgence médicale, définition

Avant de s’aventurer dans les gestes et réflexes à adopter durant une urgence, une définition s’impose pour savoir quand il y a lieu d’urgence médicale. Cela permet également d’éviter toute confusion avec d’autres situations médicales. Connaître ce qu’est une situation d’urgence médicale est donc essentiel pourmieux réagir au moment venu.

L’urgence médicale peut se définir comme la prise en charge immédiate de toute situation médicale inquiétante, et empirant rapidement sur une personne. Elle a donc lieu, principalement quand un ou plusieurs de ces signes se présentent :

  • Difficultés respiratoires tel que les crises d’asthme;
  • Perte de conscience ;
  • Trouble du comportement  (angoisse, sueur, etc.) ;
  • Des douleurs aiguës n’importe où dans le corps ;
  • Vomissements de sang ou toux

1er réflexe : Appeler les secours

Vous avez remarqué ou ressenti les symptômes mentionnées (précédemment) chez vous ou chez une autre personne ? Prévenez immédiatement leSAMU (au 15) ou l’urgence européenne (au 112) avant d’effectuer quelconques gestes de premiers secours. D’ailleurs, la personne qui reçoit l’appel, après avoir eu les informations nécessaires, vous indiquera quoi faire en attendant l’arrivée de l’ambulance. Surtout, ne raccrochez pas tant que la conversation ne soit terminée.

Cependant, lorsque les services du SAMU sont saturés, l’ambulance prend alors plus de temps à arriver sur les lieux alors que le temps est compté pour la victime. Dans ce cas, il est possible d’alerter des ambulanciers privés ou VLS. Rapides et ayant des compétences en matière de secours, ces opérateurs peuvent servir de substitution aux ambulanciers médicaux et amener la victime à temps à l’hôpital le plus près.

2nd réflexe : gérer le stress

Face à une situation d’urgence médicale, il est normal de paniquer. Pourtant, il faut bien qu’une personne ait la tête sur les épaules et soit lucide. Agir dans l’affolement et la précipitation ne peut qu’être dangereux puisque en plus de ne pas pouvoir aider, vous aggravez l’état de la victime, qui d’ailleurs est déjà angoissé.

La méthode de la respiration consciente s’avère efficace dans une telle situation. Cette méthode naturelle a pour but derecentrer l’attention enéloignant la source de stress. Elle permet deréduire les tensions internes par un ‘‘lâcher-prise’’. La méthode de respiration en pleine conscience consiste dans ce cas à effectuer unerespiration profonde.

Pour y procéder :

– adoptez une posture avec le dos bien droit

– prenez un élan en expirant d’abord, puis inspirez doucement par le nez, la bouche fermée.

– lorsque vous sentez avoir inspiré assez longtemps, retenez votre souffle pendant 2 secondes.

– relâchez lentement l’air en expirant par la bouche jusqu’à vider vos poumons.

3e réflexe : les gestes de premiers secours

Les principaux cas de situation d’urgence médicale sont l’étouffement, le saignement, la perte de connaissance et l’arrêt cardiaque.

  • L’étouffement

– Tapez 5 fois (au maximum) au milieu du haut du dos (entre les omoplates) de la victime pour provoquer une toux et de permettre à son œsophage de pousser l’objet qui bloque sa respiration.

– Si au bout de 30 sec il n’y a aucun signe d’amélioration, effectuez un maximum de 5 compressions abdominales. Placez-vous derrière la victime et posez un de vos points fermés entre le nombril et l’extrémité inférieur du sternum.

  • Le saignement

– Allongez la victime en position horizontale pour l’empêcher de regarde le sang et éviter qu’elle fasse un malaise.

– Cherchez un tissu propre, que vous allez compresser à l’aide de votre main sur la plaie pour éviter une hémorragie externe grave.

  • La perte de connaissance

– Dégagez le cou de la victime de tout accessoire qui puisse gêner sa respiration

– Tournez la personne sur le côté en position latérale de sécurité

– Vérifiez régulièrement la respiration de la victime jusqu’à l’arrivée des secours

  • L’arrêt cardiaque

– Allongez la victime au sol sur son dos, et libérez ses voies aériennes

– Commencez par effectuer 30 compressions thoraciques, en appuyant vos phalanges sur le milieu du thorax

– Pratiquez ensuite 2 insufflations par bouche à bouche si cela vous a été enseigné.

Un cas pouvant entraîner un autre, il est possible d’effectuer dans l’ordre de l’apparition des complications les gestes de premiers secours.

Valentin Perrot

Valentin Perrot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *